Mon deuxième…

Comme je vous l’ai dit précédemment, mon cash flow me permet d’investir dans un deuxième bien…. Alors tic tac tic tac, la date de la signature approche, la définitive bien sûr. Tout cela s’agite comme un compte à rebours. Heureusement que la courtière s’occupe de plus de 90% du travail mais les 10% sont trépidants. Pourtant tout est au 3.0 et malgré cela, le stress gagne du terrain. Les documents à signer sont en ligne, les dossiers à réunir, les envois en scanner, les mails à surveiller et l’agenda électronique activé (pour ne pas se louper dans les rendez-vous avec ma courtière et ma banquière). Entre le travail, le sport, mon airbnb, les visites en éclaireur d’un autre bien pour un ami et le temps consacré à mon deuxième projet, il fallait sacrifier un domaine. Je sais ce n’est pas bien, mais j’ai mis entre parenthèses ma famille et mes amis. Je ne donnais plus de son, plus d’image et suis sur répondeur. Je ne suis pas allée voir ma maman adoptive pendant 2 semaines. C’est un tort mais je suis usée par la fatigue. Une journée de 24h n’est pas suffisant pour accomplir toutes ses tâches. Comme cité sur quelques lignes précédentes, je voulais mettre à profit mon peu d’expérience sur l’achat immobilier auprès d’un ami. Je voulais qu’il fasse lui aussi son premier investissement locatif alors je visitais énergiquement les appartements en amont pour lui donner un premier retour et ensuite nous les visitons ensemble. Je dormais peu, je sentais le résultat au sport car je ne faisais plus que des séances d’une heure. Mais j’aime ce que je fais et lorsque je me retrouve à mon travail, ma source de revenu principal, je me conditionne mentalement en récitant ce mantra « ce n’est qu’une partie de récréation, ce n’est qu’une partie de récréation, ce n’est qu’une partie de récréation… »

Eh oui, je vous le dirai plus tard ce que je fais comme travail. Mais je n’aime plus du tout ce que je fais, je ne supporte plus la moitié de mon service et ne supporte plus les autres « 59000 collègues…. » En bref, je ne supporte plus mon entreprise, entre déception et l’envie d’étrangler tous ces hypocrites et nuisibles, je n’ai qu’une envie c’est de partir rapidement. Pourtant je n’oublie pas que cette entreprise m’a permis d’être là où je suis aujourd’hui. J’ai la sécurité de l’emploi car ce cdi m’a aidé à acheter mon premier appartement. Je lui serai reconnaissante mais au bout de 15 années de bons et loyaux services, je sature. Attention, mon travail je le fais correctement car j’ai cette conscience professionnelle et une éthique qu’on ne peut faindre. Ce qui n’empêche, je n’en peux plus ! J’ai envie de voir d’autres horizons, je n’ai qu’une vie et je ne veux pas clamser comme certains qui attendent leur retraite pour profiter car la maison est enfin payée puis finir par un AVC ou un cancer. C’est dur d’entendre cela mais pour la plupart c’est la triste réalité.

Les nuisibles sont partout même sur les lieux du travail

Alors non ! Au secours ! Je ne veux pas consacrer mon temps à faire « boulot dodo vacances et vivement la retraite » J’ai envie de prendre ma retraite quand je veux et non attendre d’être retraitable…

Certes, je suis fatiguée et usée de tout ce marathon hebdomadaire mais j’ai envie d’une vie que j’aurai décidée. Devenir rentière, être souvent les pieds dans l’eau… C’est un fantasme n’est-ce pas ?!? Oui c’est mon fantasme.

La signature est prévue pour le mois prochain et en attendant, je me projette dans un nouveau domaine, complètement hors sol car je ne m’y connais rien techniquement. J’ai trouvé une aide rémunérée auprès d’une personne pour réaliser ce projet. En effet, je souhaite ouvrir une boutique en ligne qui cible un domaine en particulier. Déjà j’ai du mal à manipuler mon propre blog en tant qu’administrateur alors qu’est-ce que cela va être en e-commerce ?? GROS LOL……

Comme c’est haletant de sauter dans l’inconnu

Affaire à suivre….

N’oubliez pas « on a rien sans rien ».

1 Comment

Laisser un commentaire